Fédération PCF du Bas-Rhin (67)

Fédération PCF du Bas-Rhin (67)
Accueil
 
 
 
 

Communiqué PCF67 : "nous n’avons qu'un seul souhait : que le Front national soit battu et n’accède pas à la présidence de la région ACAL."

Communiqué suite au 1er tour des élections régionales du 6 décembre 2015

La Fédération du Bas-Rhin du PCF remercie les électrices et électeurs qui ont apporté leurs voix à la liste de rassemblement « Nos vies d’abord » (Front de Gauche, MRC et NGS) conduite par Patrick PERON

Dans un contexte difficile, les communistes bas-rhinois se sont engagés pour porter un chemin de progrès pour notre région. Nous nous sommes mobilisés pour promouvoir les services publics, défendre l'emploi, réindustrialiser notre région et développer les politiques de solidarité.

Dans le Bas-Rhin, la liste de rassemblement « Nos vies d’abord » a recueilli plus de 8000 voix (2,3%). A Strasbourg comme à Schiltigheim, elle franchit la barre des 5 %. Ce score reste en deçà de nos ambitions.

Au lendemain du 1er tour des élections régionales, nous sommes dans une situation d’extrême gravité.

Le haut-niveau d'abstention, notamment dans l’électorat populaire et chez les jeunes, confirme leur méfiance à l'égard des institutions. En Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, plus d’un électeur sur deux n’est pas allé voter.

Dans le pays comme dans notre région, le Front National arrive en tête. Les gouvernements de droite et du PS qui se sont succédés portent une immense responsabilité. Ils ont conduit notre pays dans une impasse. Les politiques d'austérité qu'ils ont mis en en œuvre, ont accentué les souffrances du monde du travail et des classes populaires. Ils ont nourri la désespérance sociale, terreau fertile à la propagation d’idées fondamentalement fascisantes qui doivent être combattues.

Le Front National à la tête de la région renforcerait la politique d'austérité de manière violente en accroissant les inégalités, en cassant toutes formes de solidarité. Les milieux populaires seraient les premières victimes de ces politiques d’austérité, au bénéfice des intérêts des financiers, des banquiers et des actionnaires du CAC 40, avec lesquels il partage les mêmes valeurs.

Le Parti Communistes Français considère que le Front National constitue une menace pour le monde du travail, les services publics, les politiques de solidarité et les droits des femmes. Par son discours raciste, il alimente les peurs et remet en cause les valeurs de liberté, d’égalité, et de fraternité. Il n’est en aucune manière une perspective d’avenir pour les milliers de travailleurs et les citoyens en souffrance, bien contraire.

Pour le second tour, trois listes sont en présence : celle du Front National conduite par Florian PHILIPPOT, celle des Républicains conduite par Philippe RICHERT et celle de Jean-Pierre MASSERET.

Dimanche, les électeurs de gauche, les travailleurs, les milieux populaires auront un choix difficile à faire. Ils devront se prononcer en se promettant de construire dès le lendemain un projet de gauche pour une autre société répondant aux besoins populaires, pour réveiller l’espoir et l’humanité de notre peuple.

Dimanche, dans une situation que nous n’avons pas choisie, dans ce système électoral inéquitable, nous n’avons qu'un seul souhait : que le Front national soit battu et n’accède pas à la présidence de la région ACAL.

Strasbourg le 9 décembre 2015

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.