Fédération PCF du Bas-Rhin (67)

Fédération PCF du Bas-Rhin (67)
Accueil
 
 
 
 

Protestation des 56 candidats Front de Gauche auprès de France3 Alsace et des DNA

Les 56 candidats du Front de Gauche du Bas-Rhin ont adressé une proptestation aux rédactions de France 3 Alsace et des DNA qui ont quasi occulté l'analyse des résultats du Front de Gauche dans le Bas-Rhin (comme cela a été le cas également au niveau des médias nationaux, alors que nous sommes la troisième force au niveau du nombre d'élus en France)

À Mme Françoise ERB, rédactrice en chef de France 3 Alsace 

Copie à Mme Marie-Laure AUGRY, médiatrice des rédactions de France 3

Madame,

Durant cette campagne des élections départementales, la rédaction de France 3 Alsace a réussi l’exploit de ne jamais évoquer les candidatures du Front de Gauche du Bas-Rhin. Aucun reportage n’a été réalisé, si ce n’est une interview d’une minute d’Hülliya Turan, présentée dans le cadre d’un débat télévisé opposant les candidats de cinq forces politiques, débat dont le Front de Gauche a été éhonteusement écarté. Aucun portrait, aucune analyse, aucun commentaire concernant les candidats présentés par le Front de gauche, ni même aucun exposé des faits bruts n’ont été diffusés, que ce soit pendant la préparation des candidatures, durant la campagne d’avant premier tour ou dans la présentation des résultats du premier tour et la semaine qui a suivi. Aucune invitation sur vos plateaux ne nous a été formulée.

Pourtant le Front de Gauche a présenté des binômes dans 14 cantons sur 23 (conférence de presse du 21 février 2015), soit 56 candidats et suppléants réels, visibles et repérables sur le terrain. Tous ces candidats, aux engagements divers, politiques, syndicaux, associatifs, citoyens, sont implantés dans leur canton et représentatifs de leur territoire. La moyenne d’âge (30 ans pour les titulaires, 27,5 ans pour les suppléants) témoigne la vitalité de la démarche politique engagée.

Ces candidats ont rassemblé sur leur nom et leurs propositions,  7856 voix et près de 4 % dans les cantons où ils étaient présents, dont 3502 voix et 5,83 % à Strasbourg, où trois binômes, dans les cantons 1, 5 et 6, ont dépassé les 6 % des suffrages exprimés. La dynamique de ces résultats se mesure par une progression régulière du Front de Gauche dans les élections qui ont eu lieu depuis les cantonales de 2008/2011. Elle est particulièrement significative à Strasbourg où les candidatures du Front de Gauche obtiennent presque 700 voix de plus et 2 % de suffrages de plus qu’aux élections municipales de 2014.

L’occultation de ces faits par votre rédaction ne peut raisonnablement pas être le fruit du hasard ou le simple résultat de contraintes journalistiques. Si la loi électorale fixe des seuils de représentativité pour la qualification des candidats, le journalisme n’est pas contraint de fixer des seuils de visibilité aux formations engagées dans la bataille électorale.  Faire silence sur les seuls candidats qui combattent les politiques d’austérité, qui s’opposent à l’aggravation des inégalités et qui refusent les replis identitaires prend à l’évidence un sens politique.

Nous protestons donc avec la plus grande vigueur contre un traitement inéquitable et inégalitaire de cet événement, qui constitue non-seulement un manquement grave aux missions voire aux obligations du service public de télévision, mais aussi une insulte aux candidats et aux électeurs qui ont leur ont apporté leurs suffrages.

Nous espérons que vous pourrez nous apporter des réponses et nous sommes bien sûr pleinement disposés à tout échange.

Veuillez recevoir, madame, l’expression de nos sentiments indignés.

 

Julien RATCLIFFE

Pour l'ensemble des candidats présentés ou soutenus par le Front de Gauche dans le Bas-Rhin

 

À M. Dominique JUNG, rédacteur en chef des Dernières Nouvelles d’Alsace

Monsieur,

Nous protestons avec la plus grande vigueur contre l’occultation des résultats des candidats du Front de Gauche dans vos éditions qui ont suivi le premier tour de scrutin des élections départementales dans le Bas-Rhin.

Le Front de Gauche a présenté des binômes dans 14 cantons sur 23 (conférence de presse dont vous avez rendu compte dans votre édition du 21 février 2015), soit 56 candidats et suppléants réels, visibles et repérables sur le terrain. Tous ces candidats, aux engagements divers, politiques, syndicaux, associatifs, citoyens sont implantés dans leur canton et représentatifs de leur territoire. La moyenne d’âge (30 ans pour les titulaires, 27,5 ans pour les suppléants) témoigne de la vitalité de démarche politique engagée.

Alors que vous aviez présentés les binômes et leurs suppléants par canton, dans un traitement équitable avec les autres formations, ces candidats n’ont bénéficié, hormis dans la reproduction des tableaux statistiques par bureau de vote, d’aucune ligne de présentation, de commentaire ou d’analyse des suffrages qu’ils ont recueillis, alors que ceux-ci sont loin d’être symboliques.

Les candidats du Front de Gauche ont rassemblé sur leur nom et leurs propositions,  7856 voix et près de 4 % dans les cantons où ils étaient présents, dont 3502 voix et 5,83 % à Strasbourg où trois binômes ont dépassé les 6 % des suffrages exprimés. La dynamique de ces résultats se mesure par une progression régulière du Front de Gauche dans les élections qui ont eu lieu depuis les cantonales de 2008/2011. Elle est particulièrement significative à Strasbourg où les candidatures du Front de Gauche obtiennent presque 700 voix de plus et 2 % de suffrages de plus que celles présentées aux élections municipales de 2014.

Votre choix de taire ces faits ne peut être la simple conséquence de contraintes éditoriales. Les 27 lignes accordées à un parti antirépublicain qui n’a péniblement et heureusement rassemblé que quelques centaines de voix montrent qu’il y avait de la place pour rendre compte de nos propositions anti-austéritaires, de lutte contre les inégalités et de refus du repli identitaire. Ne pas l’avoir fait relève à l’évidence d’un choix politique qui insulte les électeurs qui nous ont fait confiance. Dans cette région où votre journal occupe un monopole de fait dans la presse écrite, ce choix de désinformation augure mal de la prétention de la presse à être un rouage de la démocratie.

Nous espérons que vous pourrez nous apporter des réponses et nous sommes bien sûr pleinement disposés à tout échange.

Veuillez recevoir, monsieur, l’expression de nos sentiments indignés.

Julien RATCLIFFE

Pour l'ensemble des candidats présentés ou soutenus par le Front de Gauche dans le Bas-Rhin

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.