Fédération PCF du Bas-Rhin (67)

Fédération PCF du Bas-Rhin (67)
Accueil
 
 
 
 

Fête de la bière : la riposte du PCF

Notre région et Schiltigheim sont réputées pour leurs bières de qualité. Or depuis des années, à cause de la rapacité des grands groupes,  l'industrie brassicole est menacée. Si on ne se mobilise pas, la production de bières en Alsace risque d'appartenir au passé...

 

Pour défendre l'avenir de production de la bière en Alsace, le Parti Communiste Français propose   :

 

1) LA CRÉATION D’UN LABEL AOC « BIÈRE D’ALSACE » POUR LES BIÈRES BRASSÉES ET MISES EN BOUTEILLE EN ALSACE.
 Pourquoi ne pas s'inspirer de ce qui existe déjà pour la production du vin d'Alsace?Une telle mesure peut empêcher la délocalisation, permettre le maintien de l’activité comme chez Heineken, voire faciliter la relance de la brasserie Schutzenberger étant donné la réputation mondiale des bières d'Alsace.

2) LE DEVELOPPEMENT D’UNE FORMATION PROFESSIONNELLE D’OUVRIER JUSQU’À MAÎTRE-BRASSEUR POUR CONSTRUIRE UN AVENIR LOCAL POUR NOTRE JEUNESSE.

Les brasseries sont un atout pour notre région ! C'est un gisement d'emploi important. Une piste pour faire baisser le chômage qui touche 100 mille personnes dans notre région !

3)UNE MOBILISATION SANS PRÉCÉDENT POUR QUE LA MUNICIPALITÉ DE SCHILTIGHEIM JOUE LE RÔLE QUI DEVRAIT ÊTRE LE SIEN : 2e ville du Bas-Rhin, Schilik doit peser   au sein de la CUS et de la Région , auprès des banques publiques et des investisseurs privés, pour défendre l'emploi, développer l'activité brassicole. On pourrait utiliser efficacement le foncier de notre ville à des fins industrielles et non spéculatives !

La création d’un musée de la bière sans lien avec la relance de la production brassicole c’est l’acceptation de la fin d’un savoir-faire et  d’une partie de nos traditions !  La seule fête de la bière ne peut remplacer ces pertes !

MENACES SUR LE SITE D'HEINEKEN :
Qui sont les fautifs ?

Depuis le début de l'année 2014, la brasserie de « l'espérance » a perdu 27 emplois et près d'un tiers de sa production à cause d'un plan de réorganisation interne provoquée par le groupe Heineken.

Nous ne sommes pas dupes! Qui peut croire que cette unité de production tiendra avec une telle réduction de production ? Comme avec Perle, Adelshoffen, Fischer, Schutzenberger, cette grande multinationale prépare  la fermeture pure et simple du site.

La faute à qui ? 

A un gouvernement prétendument de gauche qui refuse d'interdire les licenciements quand l'entreprise fait des profits comme c'est le cas ici !

A des multinationales qui comme Heineken prennent l'emploi en otage pour satisfaire la rapacité des actionnaires !

Pour preuve, les richesses produites par les salariés de Heineken ont augmenté en 6 ans de + de 120 millions d’euros, soit une hausse de 50% ! Et on ne parle même pas des dividendes versés aux actionnaires qui ont explosé sur la même période !

Qui trinque?

Les salariés de cette brasserie à Schiltigheim. De fortes menaces pèsent sur les 200 emplois restant. Sans parler de suppressions d'emplois indirects liés à l'activité brassicole : Que vont devenir les agriculteurs qui fournissent les matières premières, les entreprises qui travaillent pour le compte de l’usine, le secteur du transport ?

Ensuite ce sont les Schilikois ! Heineken ne doit pas être la prochaine friche industrielle ni avoir vocation à servir à une prochaine opération immobilière.

Avec quelques dirigeants d’autres entreprises qui ont également délocalisé  leurs productions, comme Caddies, et sans le terrain d’Heineken, déjà près de 12ha de terrains sont voués à transformer la ville encore plus en dortoir, sans activités industrielles, sans emplois pour la population de Schiltigheim. Ce n'est pas la ville que nous voulons !

POUR DEFENDRE LES EMPLOIS ET LA PRODUCTION DE LA BIERE EN ALSACE : rejoignez-nous !

CONTACT : PCF SECTION GAUTIER HEUMANN – pcfcusnord@orange.fr

Fédération du Bas-Rhin du PCF : 18 rue de la division Leclerc -67000 Strasbourg- http://67.pcf.fr

Article des dna du 5 juillet :

"DNA - publié le 03/08/2014

Schiltigheim

Fête de la bière : la riposte du PCF

Pendant que la municipalité de Schiltigheim célébrait son partenariat avec Heineken, destiné à la réhabilitation de la friche Fischer, la section locale du PCF préparait sa riposte. Aux abords de la fête de la bière, les militants distribuent un tract qui prône la mobilisation pour éviter que la production de bières en Alsace n’appartienne « un jour au passé ». Trois mesures à prendre selon le PCF : la création d’un label AOC « Bière d’Alsace », le développement d’une formation professionnelle d’ouvrier jusqu’à maître-brasseur « pour construire un avenir local pour notre jeunesse », et la mobilisation de la municipalité de Schiltigheim « pour défendre l’emploi, développer l’activité brassicole ». « On pourrait utiliser efficacement le foncier de notre ville à des fins industrielles et non spéculatives » estiment les communistes schilikois.

Leur tract dresse de plus un sombre portrait de la situation de Heineken à Schiltigheim, très loin des assurances données par le PDG de Heineken France, Pascal Sabrié, sur la poursuite et l’accroissement de l’activité de la brasserie de l’Espérance, au maire Jean-Marie Kutner, lors de la conférence de presse commune organisée vendredi à la mairie.

« De fortes menaces pèsent sur les 200 emplois restants », prédit le PCF qui refuse que Heineken devienne « la prochaine friche industrielle ». L’avenir dira si le PCF a eu raison de tirer ainsi la sonnette d’alarme."

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.