Fédération PCF du Bas-Rhin (67)

Fédération PCF du Bas-Rhin (67)
Accueil
 
 
 
 

Un outil de collecte de fonds pour les hôpitaux, ça s’appelle la SECURITE SOCIALE ! par Jacky Dudt

Jacky Dudt

67270 Zoeberdorf

membre du Conseil départemental du Bas-Rhin du Parti Communiste Français

LETTRE AU COURRIER DES LECTEURS DES DNA

Lorsqu’on saisit la requête « collecte de fonds pour les hôpitaux » sur un moteur de recherche sur internet, l’écran se remplit de liens : youtubeurs, artistes, sportifs, étudiants … : des dizaines d’initiatives sont en cours pour pallier au manque criant de moyens de l’hôpital public dans notre pays. L’objet de ce courrier n’est pas de critiquer ces initiatives, mais de rappeler qu’existe depuis fort longtemps un outil de collecte de fonds pour les hôpitaux, ça s’appelle la SECURITE SOCIALE ! Créée en 1945 par Ambroise Croizat, la Sécurité Sociale a pour finalité de prélever sur les richesses produites la part suffisante à assurer les droits fondamentaux de chacune et chacun.

Où est le « bug » ?

Depuis des années, les  gouvernements successifs poursuivent un processus d’étatisation progressive de la Sécurité sociale : transfert des cotisations salariales vers l’impôt, retour à l’équilibre grâce à la diminution des prestations et à la mise en déficit des hôpitaux, et, plus récemment, remise en cause de la règle de séparation du budget de la Sécurité sociale et du budget de l’État et de la compensation par l’État des exonérations de cotisations sociales qu’il accorde aux entreprises…

Trois propositions immédiatement applicables permettraient de remettre « la Sécu » sur de bons rails.

1.    Extinction progressive sur deux ans de l’allègement de cotisation patronale d’assurance maladie (ou allègement CICE) qui représente un coût annuel de 22,1 milliards d’euros pour l’assurance maladie. Ce dispositif, qui est distribué aux entreprises sans contreparties, a montré son inefficacité en termes de création d’emplois.

2.     Supprime de manière progressive entre 2020 et 2022 le dispositif « Fillon » d’allègements généraux de cotisations patronales sur les bas salaires, qui outre son coût annuel pour les finances sociales (23 milliards d’euros pour la sécurité sociale en 2018, dont 11 milliards d’euros pour la seule branche maladie), encourage la création d’emplois peu qualifiés et mal rémunérés.

3.     Soumettre les revenus financiers des entreprises à des cotisations sociales sur la même base que les taux de cotisations sociales payées par les employeurs sur les salaires.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.