Fédération PCF du Bas-Rhin (67)

Fédération PCF du Bas-Rhin (67)
Accueil
 
 
 
 

Rassemblement pour une autre politique migratoire

le rassemblement de samedi 2 février contre la loi asile immigration a rassemblé une cinquataine de personnes place Kléber. Les gilets jaunes ont croisé ce rassemblement et se sont montrés dans l'ensemble fort curieux même si l'un ou l'autre a eu des propos ant-migrants.

https://collectifjusticeetlibertes.blogspot.com/2019/01/appel-au-rassemblement-samedi-2-fevrier.html

Voici l'intervention de notre camarade Yasmina

"Chers amis, chers camarades,

J'interviens au nom de la fédération du Bas Rhin du parti communiste français.

La loi asile-immigration adoptée il y a maintenant un peu plus de 4 mois reste une loi inutile, dangereuse, inefficace et indigne de la France.

Il nous faut une autre politique migratoire

Aucun pays n’échappe aujourd’hui à ces questions. Si le droit à la mobilité est reconnu par la déclaration des droits de l’Homme, les migrations forcées ne cessent d’augmenter. On le doit à l’état du monde actuel. Un monde où une poignée d’individus possède autant de richesses que des centaines de millions de personnes, où la pauvreté et des conflits sans fin jettent sur les routes de l’exil des femmes, des hommes et des enfants.

S’y ajoutent les dérèglements climatiques, la montée des eaux, l’appauvrissement des terres.

Comment peut-on s’imaginer que la seule réponse serait de construire des murs que l’on voudrait infranchissables... illusion meurtrière !

Et que dire du refus d'octroyer un pavillon au navire des ONG comme l'Aquarius !

Aujourd’hui, personne n’a proposé à l’Aquarius de lui accorder un pavillon. Or, ne pas lui donner un nouveau pavillon, c’est accepter de laisser mourir sous nos yeux les naufragés ; c’est violer les conventions internationales, c’est se rendre coupable du crime de non-assistance à personne en danger.

Notre responsabilité est d’accueillir les migrants avec dignité et dans le respect de leurs droits, fixés par des traités internationaux trop souvent oubliés ou détournés par les mêmes États qui les ont ratifiés. Comme, récemment, le pacte de Marrakech lors de l’Assemblée Générale de l’ONU à New York le 19 décembre 2018 152 pays ont voté pour dont la France.

Ce pacte essaie de tenir compte à la fois des droits humains, des migrants et des attentes des gouvernements, notamment sur le plan de la sécurité et du contrôle des frontières. Il énonce une série de principes directeurs (une dizaine) et 23 objectifs associés à un engagement.

Ce texte est plus intéressant pour le droit des migrants que la loi asile-immigration de la France. Malheureusement, sa valeur non contraignante est certainement un handicap à tout progrès et toute amélioration des droits des migrants et reflète malheureusement la période où ce débat est hystérisé et manipulé par les nationalistes, les souverainistes, l’extrême-droite, la droite et les populistes.

Les votes pour ce pacte montrent bien l’Europe forteresse que certains souhaitent construire. Au sein de l’Union Européenne, parmi les 28 États membres, 19 ont voté POUR, 3 ont voté CONTRE, 5 se sont abstenus et 1 n’a pas participé au vote. Cette cacophonie ne va pas faciliter l’indispensable solidarité pour accueillir dignement les migrants en Europe en respectant le droit international.

Les politiques sécuritaires coûtent un pognon de dingue ! et c'est aussi une aubaine pour les entreprises de vente d’armes !

- 4 milliards d’euros pour la sécurité intérieure des frontières et des visas de 2014 à 2020 ;

- 46 millions d’euros pour un mur de barbelés de trois mètres de haut en Bulgarie ;

- 50 000 € par jour pour le dispositif de frontière franco-italienne dans les Alpes-Maritimes

.

Alors que les dépenses pour un accueil en France s'élèvent à

- 6,5 millions d’euros pour deux centres d’accueil à Paris et à Ivry pour plus de 20 000 personnes ;

- 120 millions d’euros pour une politique d’État d’accueil et d’aide pour 50.000 mineurs non accompagnés.

Nous sommes loin des 4 milliards d'Euros de dépense sécuritaire !

Le Parti communiste français prône la liberté de circulation et d’installation de toutes et tous, ressortissants ou non, dans toute l’Union européenne.

La France doit garantir un accueil digne, le respect à l’hébergement inconditionnel, la demande de protection de ceux qui arrivent sur son territoire quel que soit leur statut, et elle doit favoriser leur intégration.

Pour toutes celles et ceux qui vivent sur notre planète, il est temps de mettre en œuvre des politiques qui reposent sur l’égalité et la dignité. Nous voulons des politiques respectueuses des droits de l’Homme, le droit à l’éducation, à la santé, au travail, et de vivre en famille.

Je fini sur une citation de Stéphane HESSEL, résistant :

"Il nous appartient de veiller tous ensemble à ce que notre société reste une société dont nous soyons fiers : pas cette société des sans-papiers, des expulsions, des soupçons à l’égard des immigrés, pas cette société où l’on remet en cause les retraites, les acquis de la Sécurité sociale, pas cette société où les médias sont entre les mains des nantis, toutes choses que nous aurions refusé de cautionner, si nous avions été les véritables héritiers du Conseil national de la résistance".

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.