Fédération PCF du Bas-Rhin (67)

Fédération PCF du Bas-Rhin (67)
Accueil
 

Utile(s)

le 04 mai 2016

Utile(s)

    Moments choisis Fête de l'Huma 2015

    le 17 septembre 2015

    Moments choisis Fête de l'Huma 2015

      Manifestation à Strasbourg "le silence tue au Kurdistan

      le 13 mars 2016

      Manifestation à Strasbourg

      Intervention de Béatrice Lejarre secrétaire départementale du BAS-Rhin du PCF à la manifestation de soutien au peulpe Kurde

      Le dernier numéro

      Progressistes n°9 Juillet Aout Septembre 2015

      Le coût du capital -video 21

      le 16 novembre 2013

        On vous fait un dessin : Retraitement de choc (Ép. 19)

        La marée citoyenne du 5 mai 2013

        Le PCF et Ensemble soutiennent une liste ouverte aux Sénatoriales dans le Bas-Rhin

        le 20 septembre 2014

        Le PCF et Ensemble soutiennent une liste ouverte aux Sénatoriales dans le Bas-Rhin
           
           
           

          le 02 avril 2013

            Charlie Hebdo : « détermination à faire vivre les valeurs de Liberté, d'Egalité et de Fraternité »

            Francis Wurtz. Grèce : « Transformer l’indignation en arguments »

            le 17 juillet 2015

            Francis Wurtz. Grèce : « Transformer l’indignation en arguments »

            Personnalité politique respectée ayant siégé des décennies comme Député européen, Francis Wurtz s’exprime sur les questions soulevées par l’accord signé par la Grèce.

            Député européen de 1973 à 2009, le communiste Francis Wurtz a présidé le Groupe parlementaire de la gauche unitaire et participé à la création du parti de la gauche européenne.

            La Marseillaise. Votre analyse sur l’accord et les raisons qui ont poussé Alexis Tsipras à l’accepter ?

            Francis Wurtz. La principale nouveauté par rapport aux négociations qui s’étaient déroulées jusque là est que les dirigeants allemands avaient décidé de bouter la Grèce hors de la zone euro. Cela a été dit, même habillé grossièrement par une suspension provisoire. Ce qui a provoqué de fortes oppositions, pour des raisons diverses, certains étant surtout motivés par la peur des conséquences qu’un Grexit aurait sur un plan financier comme politique. Face à cette opposition, les dirigeants allemands ont cherché à obtenir cette sortie en imposant des conditions insupportables. Un choix terrible pour Alexis Tsipras sachant que le système bancaire grec n’avait, pour seule source de financement, que les emprunts auprès de la BCE. Refuser l’accord, c’était voir couper le dernier robinet de crédit. Je n’ai aucun doute sur le fait qu’Alexis Tsipras a été horrifié par ce qu’il a signé, il a d’ailleurs dit avec loyauté et franchise qu’il ne croyait pas à cet accord. Mais il n’a pas voulu prendre la responsabilité historique de jeter son pays dans une catastrophe inimaginable.

            La Marseillaise. A gauche, certains comme Jacques Sapir, Lordon ou encore le nobel Krugman pensent cependant que rester dans l’euro n’est pas la solution ?

            Francis Wurtz. Le statu quo dans la zone euro est aujourd’hui impossible. Il faut mener un combat pour changer en profondeur les règles d’un euro qui n’est pas fatalement un outil de vengeance au service des puissances. Il faut s’appuyer sur l’émotion ressentie par la population face à l’attitude des dirigeants allemands instrumentalisant l’euro dans le but politique d’en finir avec la première expérience politique alternative en Europe. Par exemple, la BCE a un formidable pouvoir : celui de créer de la monnaie à partir de rien. Elle s’en est servi à hauteur de 1.140 milliards d’euros mais au service des banques. Imaginons ce que cela pourrait donner si cela se faisait au service de la Grèce ? Une union monétaire solidaire est possible, même si ce n’est pas le cas aujourd’hui.

            La Marseillaise. Ce qui s’est passé montre cependant un processus antidémocratique et suscite une question : l’Europe est-elle réformable de l’intérieur ?

            Francis Wurtz. Il faut passer par des ruptures fondamentales, ce sont les fondements de classe qui sont dans les traités que nous devons combattre. La Grèce était malheureusement le pays le plus mal placé pour faire basculer le système, ayant un poids modeste et étant très fragilisé par son endettement. Mais ce qu’elle a fait a ouvert la voie. Ce n’est pas comme ce qui s’est passé contre le projet de constitution qui était un coup de boutoir des populations. Là, il y avait un gouvernement clairement mandaté, massivement soutenu. Un des premiers enjeux est de rompre avec ce non-respect de la souveraineté populaire. Mais pour y parvenir, il faut rassembler les forces. Affirmer qu’il suffit de désobéir à Bruxelles est trop léger. Il faut établir un rapport de force, se trouver des alliés. C’est pour cela que nous avons créer le parti de la gauche européenne, pour faire du lien entre les partis politiques et les mouvements sociaux qui contestent ces règles. Il ne faut pas en rester à cette indignation, légitime, très forte dans beaucoup de pays y compris en Allemagne où un sondage vient de montrer que 62% de la population ne voulait pas d’un Grexit. On doit la transformer en argument.

            La Marseillaise. Le soutien à la Grèce a-t-il été à la hauteur ?

            Francis Wurtz. Il y a eu de belles prises de position, y compris en Allemagne où la fédération de tous les syndicats a clairement pris partie, et dès le début, en faveur de Syriza, de beaux rassemblements comme durant le forum européen des alternatives à Paris. Mais compte-tenu de l’enjeu crucial que représente la victoire de Syriza pour nous tous, de la férocité de ceux qui tiennent le manche, le mouvement de solidarité n’a pas été suffisant et il faudra en tirer la leçon.

            La Marseillaise. Les nationalismes sont aussi présentés comme guettant une sortie de l’euro et de l’Europe ?

            Francis Wurtz. Si on ne se bat pas pour éviter la destruction de l’Union européenne, le revers est effectivement le nationalisme. Crise, concurrence, absence de perspective… tous les ingrédients sont là. Ce n’est pas le moment d’aller vers le chacun pour soi, ce serait aller vers un danger mortel. Il faut une union des peuples, il faut se battre ensemble pour créer les conditions des ruptures nécessaires, rassembler pour construire des alternatives. En face, les positions sont extrêmement défensives. Ils ont compris le danger que représentait la réussite de Syriza dans une opinion publique qui s’éloigne toujours plus des institutions européennes. Il y a un divorce. Je ne vois pas comment désormais ils pourront justifier leur pouvoir avec des références mielleuses dans les traités foulées du pied chaque jour.

            La Marseillaise. Cette crise grecque a aussi vu l’expression de l’opposition de peuples du nord, pauvres, pressurisés par l’austérité ?

            Francis Wurtz. C’est le principe absolu des réactionnaires : monter les pauvres contre les pauvres. Un syndicaliste le vit dans son combat dans son entreprise, le militant politique dans son pays, là on l’a vu à l’échelle européenne. Il faut se battre contre cela et expliquer : la solidarité avec les uns ne se construit pas contre les autres. Le problème n’est pas celui qui est un peu moins pauvre, mais celui qui monopolise le pouvoir et impose ces politiques régressives. Et au-delà des pauvres de l’Est et du Sud, la tentation est grande d’opposer plus globalement le nord et le sud. Malgré la formule d’union européenne, le danger est celui d’une désunion européenne.

            Entretien réalisé par Angélique Schaller (La Marseillaise, le 17 juillet 2015)